Les toitures végétalisées en quelques mots

De la toiture jardin…aux toitures végétalisées extensives

Utilisé à l’origine dans l’habitat traditionnel dans différentes zones du monde (Europe du Nord, Amérique centrale…), le concept de toit végétalisé s’est développé dans l’architecture française dès les années 20 avec l’apparition de la toiture terrasse jardin (terrasse jardin ou encore toiture végétalisée intensive). En effet, des architectes comme Le Corbusier réintroduisent la nature en ville avec des végétalisation de terrasses béton en toiture de bâtiment.

A la fin du XXème siècle, cette solution de réintroduction de la nature en ville évolue avec l’apparition de membranes d’étanchéités résistantes à la pénétration des racines et de substrats avec des propriétés adaptées. D’autres systèmes de toits verts sont installés, plus légers, financièrement plus abordables et pouvant couvrir un panel de constructions plus large. Il s’agit des toitures végétalisées extensives et semi-intensives.

Grâce aux différents avantages de la végétalisation de toiture : (isolation, inertie thermique, intérêt paysagers, biodiversité, impact sur le climat urbain, rétention des eaux…) le marché de la toiture végétalisée extensive se développe rapidement en Allemagne dès les années 80 aidé par les incitations financières mises en place par les collectivités.

En France, la végétalisation extensive des toitures se démocratise un peu plus tardivement mais connait un succès grandissant dans les années 90 avec le développement de l’offre chez les étancheurs puis chez les paysagistes. Cette tendance est corrélée aux politiques de développement durable et leurs applications dans le domaine de la construction de bâtiments. La toiture végétalisée est un outil dans les démarches de certifications environnementales des bâtiments (BREEAM, HQE, LEED…).

Les recherches du CRITT Horticole contribuent à l’amélioration des différentes techniques et profitent aux maîtres d’ouvrage désireux d’installer des toits ou murs végétaux.